Focus : Rand Al’Skyborn

Suivant la proposition formulée par l’un des compagnons, nous débutons une série de courts articles qui permettront de découvrir un peu plus les héros participant à la campagne de Volturne.
Focus donc pour ce premier numéro sur Rand Al’Skyborn !

La baie vitrée était immense. Dehors, les lumières des vaisseaux menaient une danse incessante autour du spatio-port de la Fédération : là, des vaisseaux vrusk, humains, dralasites et yaziriens accéléraient, se poussaient et frenaient à la dernière minute en s’évitant de justesse avant de s’agglutiner dans les immenses hangars de la base.

De l’autre côté de la baie, une jeune femme parcourait lentement le dossier holographique qui s’affichait devant elle. Assis en face d’elle se tenait un homme blond dans sa première quarantaine, habillé d’un uniforme militaire. Un officier. Ses épaules étaient larges, sa mâchoire bien dessinée. Ses mains étaient couvertes de cicatrices, que les soins prodigués par les droïdes médicaux déployés couramment par l’armée de la Fédération sur les théâtres d’opération n’avaient pu complètement effacer.

« Capitaine Al’Skyborn, éprouvez-vous encore du ressentiment après les événements de l’étoile rouge de Minathra ? Nous nous sommes vus plusieurs fois, mais vous refusez obstinément d’évoquer cette mission. Enfin, le terme refuser est peut-être inexact : vous vous êtes contenté de m’observer et de répondre par des monosyllabes. En fait vous m’avez accordé la seule attention que commandaient votre politesse et votre respect bien connu du Code de l’engagement de la Fédération ».

Feignant une attitude distraite, Al’Skyborn se contenta de regarder la psychiatre militaire et le concert de lumières derrière elle.

« Que voulez-vous savoir sur l’étoile rouge de Minathra ? » dit-il enfin.

« A peu près tout, Al’Skyborn. Je connais si peu de choses sur cet épisode des campagnes de la Fédération… si ce n’est que de nombreux hommes qui étaient sous vos ordres ont péri lors de cette mission, des compagnons d’armes que vous connaissiez bien, des amis peut-être. Même le plus endurci des soldats aurait été sérieusement secoué après cela. Il semblerait d’ailleurs que vous ayez vivement critiqué votre hiérarchie à la suite de ce fiasco… ».

« Nous ne partagions pas exactement la même vision de la situation » concéda-t-il, évasif.

« Il semblerait que ce ne soit pas le seul reproche que vous ayez à formuler contre la Fédération et ses méthodes. Pourtant, vous croyez toujours à la paix que la Fédération a su offrir aux quatre coins du système, n’est-ce pas ? Les pertes sont inévitables », le jeune docteur soupira. « Vous, mieux que quiconque, l’avez appris ».

Al’Skyborn lui plaisait. Au début, elle avait essayé d’ignorer cette force ténébreuse qui se dégageait de lui. Puis elle avait tenté de le séduire et même, de rage, de le briser : rien, l’homme était demeuré impénétrable. Les années de combats, les hommes perdus sur les champs de bataille avaient forgé la meilleure des armures.
Elle sentit une chaleur nouvelle se diffuser entre ses cuisses.

« Et si nous parlions de votre fille, capitaine ? » tenta-t-elle. « Il ressorts des rapports mis à ma disposition que vous étiez en service au moment de sa disparition. Je crois d’ailleurs que vos supérieurs n’avaient pas cru bon de vous informer de son état pour ne pas détourner votre attention de la mission jugée critique dans laquelle vous étiez engagé ». Employant sa voix la plus neutre, elle conclut : « Cela a dû vous affecter… ».

Namia…

Le regard d’Al’Skyborn se figea soudainement sur la jeune femme. Un regard bleu, froid et profond comme l’espace. Vide.

« La vraie question docteur est la suivante : allez-vous me déclarer apte pour reprendre le service actif ?« . La violence de ces derniers mots était à peine voilée.

Elle ne put s’empêcher de ravaler lentement sa salive. Qui pouvait dire ce qu’était capable de faire un tel homme ?

« Décidément vous n’entendez pas répondre à mes questions… » parvint-elle à articuler.

Après quelques instants, elle poursuivit : « Moi, voyez-vous, je vais répondre à votre question. Vous me demandez mon avis ? Je pense que vous êtes trop usé pour continuer à servir la Fédération et pourtant totalement inadapté pour revenir dans la vie civile. Vous êtes une légende, capitaine Al’Skyborn. Vous êtes aussi un danger ambulant : pour vous même et pour les hommes qui pourraient être placés sous vos ordres. Vos instincts suicidaires n’ont échappé à personne. Vous cherchez la mort, Al’Skyborn, vous la poursuivez à chaque nouvelle mission et pourtant, plus vous vous empressez de vous jeter dans ses bras, plus elle vous élude. Alors que vous espérez mourir, vous avez survécu à plus de batailles que tous les officiers de cette base réunis, n’est-ce pas une ironie ? ».

« Dois-je en déduire que nous allons continuer nos séances hebdomadaires, docteur ? ». La voix du soldat de l’espace était redevenue neutre.

« Je ne vous cacherai pas que c’est ce que j’ai vivement suggéré à mes supérieurs. Mais il semblerait que cet avis ne soit pas très partagé… » soupira-t-elle.

L’attention d’Al’Skyborn redoubla.

« Voyez-vous, la Fédération entend organiser une nouvelle mission d’exploration. Elle recherche pour cela des profils… disons… très particuliers. Le vôtre correspond parfaitement ».

« Et donc ? », sa curiosité était perceptible.

« Et donc, je n’ai plus qu’une chose à vous dire : bonne balade sur Volturne ».

 


A bord de l’Aube Radieuse, un jeune soldat frappa à la porte de la cabine du capitaine Al’Skyborn.

« Capitaine, vous êtes attendu pour dîner avec le Commandant Russell ».

Rangeant à regret le pistolet laser qu’il venait de poser contre sa tempe, Al’Skyborn se leva pour suivre le lieutenant vers le pont de l’astronef.

Une réflexion sur “Focus : Rand Al’Skyborn

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s