Compte-rendu : The Persephone Extraction (Night’s Black Agents) – 2

Les Compagnons se sont lancés dans la toute nouvelle campagne écrite pour Night’s Black Agents, The Persephone Extraction. Après le scénario éponyme, voici le compte-rendu de la deuxième session de jeu, The Pale Agenda.

Le soleil se lève alors que les Agents arrivent à Barcelone. L’équipe est constituée de :

  • Gabriella Castellanos, l’ensorcelante voleuse colombienne ;
  • Félix Dubois, l’ancien de la DGSE, agent opérationnel ;
  • Hung-Ke Lee, le hacker américain ;
  • Mace Hunter, le maître escroc, lui aussi américain ;
  • Oliver « Ashcan » Quinn, l’artificier irlandais et pilote chevronné ;
  • Persephone Cardiff, l’analyste britannique, ancienne du MI5.

Après les événement de Paris, les Agents ont en effet pu découvrir que le laboratoire PRX dans lequel travaillait Morgane Le Corre recevait des financements en provenance de cette ville. L’équipe d’extraction avec laquelle ils ont eu fort à faire dans les catacombes parisiennes était aussi partie de Barcelone. Autant d’éléments qu’ils ne pouvaient ignorer.

Arrivés en Espagne, ils découvrent une ville palpitante, à l’identité affirmée. Les contacts de Félix dans la police locale leur permettent d’apprendre que le DEA mène actuellement une enquête en partenariat avec les autorités locales. Sébastian Vallejo, un célèbre narco-traffiquant est en effet dans la ville pour y mener des affaires et l’agent qui suit sa trace depuis des années, Agatha « Aggie » Winston, est sur place avec l’espoir de pouvoir enfin le coincer. De son côté, Oliver a fait jouer quelques vieilles connaissances dans le milieu local : l’arrivée de Vallejo est sur toutes les lèvres mais, surtout, le fait qu’il veuille contacter Narcis Montserrat fait beaucoup jaser. Car Montserrat est un ancien cadre d’une grande entreprise de placements financiers, Eurydice Investments, aujourd’hui tombé en disgrâce et actuellement retenu par la police locale dans une affaire de meurtre. Or Eurydice Investments est justement la source des financements du laboratoire de PRX ! On dirait que quelque chose de gros se prépare…

Les Agents décident donc de se séparer : Gabriella et Oliver iront à la rencontre de Vallejo, Mace et Perséphone essaieront de rencontrer Montserrat, Félix tentera d’en apprendre un peu plus sur Matias Galindo, un journaliste d’investigation mystérieusement disparu alors même qu’il était l’auteur de plusieurs articles brûlants sur certains fonds d’investissements. Enfin, Hung-Ke tentera de pénétrer les serveurs de Eurydice Investments. Car l’ombre de cette société plane sur toutes leurs découvertes…

Gabriella et Oliver partent donc en direction du port de plaisance de Barcelone, là où le Asesino, l’immense yacht de Vallejo est à quai dans une zone privatisée. Grâce aux contacts d’Oliver ils ont pu improviser une couverture qui devrait leur permettre de s’introduire dans le navire : ils savent que Vallejo recrute et leurs compétences respectives devraient au moins susciter son intérêt.

Tout se passe comme prévu. A une chose près : Vallejo a déjà quitté l’Asesino pour se rendre à un match du FC Barcelone. Le narco-trafiquant est en effet un fan de football et, particulier, un admirateur inconditionnel de l’une des stars du club, un joueur colombien comme Vallejo, Ramon Gomez. Le déplacement n’a pas été un échec total toutefois, car après avoir trompé la surveillance des gardes de Vallejo ils ont pu remarquer que toute une partie du yacht avait été équipée avec des lits d’hôpital et de l’équipement installé à la hâte. Quel horrible secret cache Vallejo ? Gabriella décide de rester sur le yacht et de tenter de le séduire pour lui extirper des informations. Oliver en profite pour placer des explosifs dans le stock médical du colombien.

De leur côté, Mace et Persephone réussissent à entrer dans la salle d’interrogatoire de Montserrat à la caserne de la police locale où le jeune cadre est retenu. L’homme est visiblement très secoué : le journaliste Matias Galindo était en fait son mari et sa perte lui est insupportable, sans compter l’opprobre jeté sur lui. Les techniques d’interrogatoire de Perséphone, affûtées dans le services secrets britanniques se révèlent particulièrement efficace. Ils apprennent ainsi que Montserrat était une étoile montante au sein d’Eurydice Investments, une entreprise dont le management était connu pour ses excentricités. C’est à cette même époque qu’il avait rencontré Matias, lequel enquêtait justement sur les activités de ses employeurs. Quelques temps après Montserrat avait été initié au sein de la société secrète dont étaient membres les autres administrateur du fonds d’investissements. Mais il avait conservé peu de souvenirs de cette cérémonie qui s’était déroulées dans le sous-sol d’une vieille habitation. Mais il a rapidement pris conscience qu’il était hanté, par une sorte d’ombre. A la suite d’une dispute avec Matias, l’ombre lui était apparue et lui avait proposé un pacte : Matias lui resterait fidèle en contrepartie… d’un approvisionnement régulier de sang ! Tout s’était passé comme Nicanor, le monstre le lui avait promis. Son avenir paraissait à présent radieux, tout lui réussissait. Jusqu’à ce qu’il apprenne l’existence d’un projet secret dans les hautes sphères d’Eurydice Investments. Ce projet – confidentiellement désigné par le nom Le programme pâle – serait à l’origine d’une crise majeure, due à une guerre ou à une pandémie. Montserrat leur indique qu’Angel Calix, le président du conseil d’administration d’Eurydice Investments soutient ce programme et leur confirme qu’un élément clef de ce programme est un narco-trafiquant colombien : Sebastian Vallejo. Mais il n’en sait pas plus. Il avait avoué tout ce qu’il savait à Matias et ils avaient prévu de s’enfuir ensemble. Ils n’y sont jamais parvenus.

Félix mène aussi son enquête sur Matias Galindo, et diverses informations se recoupent avec ce que Mace et Persephone ont appris. Matias était bien un journaliste d’investigation travaillant pour le bureau local d’une agence de presse européenne. Les collègues de Matias l’informent que depuis quelques temps le jeune homme était inquiet pour son mari.

Hung-Ke parvient à pirater les serveurs de Eurydice Investments et ses découvertes sont majeures. Les fichiers de l’entreprise confirment les financements de l’entreprise au bénéfice du laboratoire PRX et mentionnent même l’origine de la souche utilisée pour les recherches menées par Morgane Le Corre sur le virus MAR-VX : un certain général Sobotsky, héros de l’armée soviétique. Hung-Ke trouve aussi la liste des propriétés d’Eurydice en ville : ils découvre ainsi que la célèbre Maison du diable appartient à l’entreprise. Des fichiers de surveillance que quelqu’un a tenté d’effacer à la hâte intriguent par ailleurs le jeune hacker américain. On y découvre une vidéo, sans son, montant une luxueuse salle de conférence. La caméra est placée derrière un jeune homme dans un costume élégant qui s’adresse à ce qui semble être le conseil d’administration d’une grande entreprise présidé par un homme dans la soixantaine. Le cadre fait de grands gestes vers un écran sur lequel est à l’évidence projetée une présentation. Les graphes affichés montrent ce qui semble être un effondrement de l’économie mondiale. Certaines photos semblent montrer les effets d’une épidémie. Les spectateurs sont nerveux, choqués, effrayés ou parfois gênés, à l’exception du président de l’assemblée, dont l’expression devient de plus en plus sombre. Alors que le jeune cadre semble proférer des propos véhéments, une ombre commence à prendre forme derrière lui. Tout le monde se fige. L’ombre passe derrière la première femme assise à la table de réunion : son dos s’arc-boute jusqu’à adopter un angle impossible. Retombant lourdement sur sa chaise elle se saisit d’un coupe-papier et se l’enfonce dans la gorge. Le Président prend la parole et s’adresse aux présents d’une voix calme alors que le sang qui s’échappe de la gorge de la jeune femme se solidifie en plusieurs gouttes qui restent suspendues dans l’air. Au fur et à mesure que la victime se vide de son sang, l’ombre semble acquérir plus de substance. Alors qu’un flash crépite, le jeune cadre en profite pour s’échapper.

Après avoir échangé leurs découvertes respectives, Félix, Mace et Persephone décident de se diriger vers le Camp Nou, le stade du FC Barcelone. Hung-Ke a pu trafiquer la liste des invités dans la loge particulière d’Eurydice Investments. Sur place, ils ont la possibilité de rencontrer pour la première fois Vallejo et de noter que le Président du fonds, Calix, cherche visiblement à l’impressionner. Plus intéressant encore il remarquent une jeune femme aux cheveux bruns, habillée dans un tailleur de grand couturier qui, à l’évidence, s’intéresse aussi beaucoup Vallejo. Grâce à la liste des invités fournie par Hung-Ke ils l’identifient rapidement comme étant Ariadna Rosso, la fille âgée de 29 ans d’un grand armateur grec qui a mené ses études à Paris et qui, depuis, mène grand train dans toute l’Europe. Elle les aborde et ses propos ambigus sur leur passion commune pour la Ville Lumière leur fait clairement comprendre qu’elle sait qui ils sont. Ariadna n’entend pas cependant les livrer, préférant plutôt échanger des informations. Elle est au courant du programme pâle, mais les Agents que savent-ils ? Un jeu de miroirs se met en place pendant les dernières minutes du match. Au sein même de la conspiration, certains veulent donc faire échec aux sinistres projets du programme pâle. Le contact est noué mais Vallejo a déjà quitté la loge pour aller à la rencontre de son idole, les footballeurs Ramon Gomez.

Plus tard dans la soirée, Vallejo rentre sur l’Asesino. Gabriella et Oliver l’y attendent. L’homme les met à l’épreuve en leur demandant de trouver des informations sur Montserrat : il doit en effet travailler avec Eurydice Investments et il entend avoir un peu plus d’informations sur ses futurs employeurs. Cela ne soulève aucune difficulté pour les deux Agents qui peuvent compter sur les découvertes de leurs amis. Le colombien accepte donc de les engager. Leur première mission sera de l’accompagner à un rendez-vous important qui doit se dérouler la nuit suivante… à la Maison du diable !

Toute l’équipe est immédiatement prévenue et le moment venu, Gabriella et Oliver partent vers le lieu de la rencontre alors que les autres agents assurent une couverture discrète. La Maison du diable se trouve localisée dans une ruelle du district de Gracias. Le quartier semble en déshérence et la plupart des murs sont tagués avec des insultes contre les forces de l’ordre. Les décors du bâtiment expliquent son surnom : des goules et des têtes de diable ornées de cornes scrutent les visiteurs. La maison semble abandonnée depuis un moment, mais cette impression est bien trompeuse. En effet, l’ordre orphique, auquel appartiennent les cadres d’Eurydice Investments y organisent leurs cérémonies.

A leur entrée les Agents ne peuvent s’empêcher d’éprouver un étrange malaise. Les pièces sont toutes ornées de moulures exubérantes et partout des statues semblent épier leurs mouvements. Dans le sous-sol de cette demeure d’épouvante, le rituel commence. Après avoir goûté à des grenades, Vallejo se soumet de mauvaise grâce à diverses incantations et promet de servir les dieux vivants. Calix s’approche enfin de l’initié et taillade le torse puissant du trafiquant colombien. La cérémonie atteint alors son paroxysme : le moment du sacrifice est venu. Tous se tournent vers Gabriella et Oliver qui sont venus assister leur nouvel employeur.

Leurs amis décident donc d’intervenir. Dans la confusion qui s’ensuit, Calix tente de s’échapper par un passage secret menant au réseau urbain des eaux usées mais il est rapidement rattrapé. La confrontation est terrible car l’homme est visiblement protégé par une force surnaturelle. Les Agents parviennent malgré tout à prendre le dessus. L’homme perd alors de sa superbe et tente de négocier sa vie contre des informations. La balle qui traverse de part en part sa boîte crânienne sonne comme un pardon.

Vallejo ayant péri dans l’affrontement, les Agents se dirigent vers le port, là où se trouve le container indiqué par Calix avant sa soudaine sortie de scène.

« Nous avons des choses à nous dire » explique Mace à Ariadna Rosso alors que la lumière de sa torche illumine les visages éprouvés de plusieurs dizaines d’individus, tous drogués et mal nourris. Les pions du programme pâle de la Conspiration.

Toutes les images (c) Pelgrane Press Ltd.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s